Du 10 avril au 13 mai dernier, le dispositif éphémère d’accueil de répit porté par le Département de Loire-Atlantique en coopération avec l’association Linkiaa a permis d’accueillir 26 enfants de 5 à 17 ans. Ces enfants habituellement accompagnés en milieu ouvert par un service éducatif en milieu ouvert et par des associations ou établissements publics du département et ont ainsi pu bénéficier d’un séjour associant répit avec hébergement, continuité pédagogique et scolaire, activités éducatives, ludiques, sportives, etc…


Gwenaël Lacaze, cadre au sein de la direction enfance famille du Département de Loire-Atlantique, explique sur le site web du département « Au moment de la crise sanitaire, les partenaires du secteur de l’enfance ont fait remonter leurs inquiétudes pour les familles confinées bénéficiant d’ordinaire d’un suivi régulier avec des professionnel·les du secteur. Le risque de crises familiales, de fugues, d’automutilation les inquiétait ». Le projet d’internat éphémère s’est donc construit pour répondre aux besoins de protection des enfants en un temps record puisque 2 semaines seulement ont été nécessaires pour mettre le projet sur pieds.

Sandra Lailler, chargée de communication chez Linkiaa, a répondu à nos questions sur la mise en place du projet.

Pourquoi ce projet d’internat éphémère, dans quel cadre s’inscrit-il et à quels besoins
répond-t-il ? 

Le projet d’internat éphémère pour mineurs dans le cadre de la crise Covid 19 est né d’une volonté
du Conseil Départemental de Loire-Atlantique de permettre aux enfants et familles accompagnées
dans le cadre du milieu ouvert de disposer d’un temps de répit pendant le confinement.
En effet, la crise sanitaire qui a traversé la France nous a obligés à répondre différemment aux besoins des familles présentes en Loire-Atlantique que ce soit en prévention des ruptures ou des passages à l’acte (subis ou agis) ou que ce soit en gestion de crise ou de tensions fortes au sein du domicile du ou des enfants.
Le confinement, la limitation des déplacements y compris des professionnels gravitant autour de la
cellule familiale et donc les bouleversements de la vie quotidienne et de l’environnement de toutes
les familles étaient à prendre en compte dans l’offre des prestations du Département. Les enfants et
les familles bénéficiant d’une mesure de milieu ouvert étaient particulièrement concernées par cette
situation inédite. Malgré le soutien téléphonique des professionnels et les visites au domicile pour les situations familiales les plus complexes, le confinement fut un facteur aggravant des problématiques (tensions et violences intrafamiliales, carences éducatives…).
L’incertitude sur la durée de cette période de confinement a contribué a augmenté les tensions au domicile des familles suivies entraînant des besoins nouveaux et prégnants en termes de répit aussi bien pour les enfants et/ou pour les parents.


Les objectifs de ce dispositif étaient les suivants :

  • Renforcer la continuité et l’effectivité de l’accompagnement éducatif pendant la durée de
    l’épidémie
    , et apporter la plus grande vigilance à l’identification des besoins de répit des parents exposés à un risque d’épuisement physique et psychique, ainsi qu’aux besoins fondamentaux des mineurs protégés à domicile.
  • Éviter des décisions de placements d’enfants pour des situations où l’accompagnement en
    protection de l’enfance à domicile, dans ce contexte actuel particulier, ne suffisait pas.
  • Offrir un lieu de répit éducatif au bénéfice des enfants protégés pour les familles qui l’aurait
    sollicité
    et pour lesquelles les professionnels du milieu ouvert ont mis en exergue une nécessité voire une urgence de séparation temporaire pour l’enfant ou la fratrie. L’adhésion et l’engagement des représentants légaux étaient indispensables.

Quels sont les résultats et retombées concrètes du projet ? 

Linkiaa s’est positionnée dès le départ pour être porteur de ce projet en grande proximité avec la
Direction Enfance Famille du Conseil Départemental. Ce dispositif s’adressait initialement aux enfants de 3 à 18 ans accompagnés en milieu ouvert puis aux enfants accueillis en accueil familial nécessitant un accueil de répit. La capacité d’accueil était de 20 enfants sur site.
26 enfants accueillis (38% de filles, 62 % de garçons) avec une moyenne d’âge de 11ans ½ venus de tout le territoire de Loire-Atlantique. La durée moyenne du séjour a été de 9 jours.
Sur les 26 enfants accueillis, 12 enfants ont demandé une prolongation du séjour ou à revenir sur un deuxième temps au sein du dispositif. Cela a été mis en œuvre systématiquement en lien avec le
service demandeur, les parents et la direction Enfance Famille.
Les retours des enfants accueillis sur leur séjour sont positifs, chacun ayant pu trouver au sein du
dispositif un espace de répit et de découverte. Certains parents ont également appelé pour
remercier les professionnels de l’accueil de leur enfant.

Les demandes d’accueils ont été étudiées systématiquement par une cheffe de service de Linkiaa en
lien avec le cadre référent de la Direction Enfance Famille du département.
L’organisation des accueils s’est faite de manière satisfaisante, les référents des enfants se mettant
en lien rapidement avec Linkiaa afin de fixer l’heure d’arrivée ou de départ. À chaque accueil, un
temps a été pris pour accueillir l’enfant et lui présenter le fonctionnement, les lieux, recueillir ses
questions ou ses craintes et relever les éléments importants pour le séjour (contacts familiaux,
traitements, etc..).

L’équipe était composée de 18 professionnels du CD 44 ainsi que de professionnels intérimaires
recrutés par le biais de l’agence ETTIC. Des professionnels de Linkiaa encadraient le dispositif et
d’autres sont venus en soutien.
La composition de l’équipe a permis une grande pluridisciplinarité : infirmière puéricultrice, agents
de la PMI, animateurs sportifs, éducateurs jeunes enfants, éducateurs spécialisés, agents
administratifs… Cela a permis une grande richesse dans la richesse dans les regards portés sur les
problématiques des enfants. L’axe de travail commun a été la bienveillance, l’écoute et le prendre
soin de l’enfant.
Certaines personnes de l’extérieur ont pu venir en soutien sur des actions précises, comme par
exemple les Francas qui ont animé un atelier photo ou robotique entre autres.
Les principales activités ont été les suivantes :

  • Activités sportives proposées par les animateurs sportifs du CD 44 : trottinette, tir à l’arc, kin ball, jeux d’extérieur, jeux de ballons, jeux de raquettes (badminton)
  • Soutien scolaire par deux agents du département
  • Activités proposées par les Francas : atelier robotique, atelier arts plastiques, atelier d’expression, origami (et don d’une pochette avec des livres pour chaque enfant).
  • Deux temps d’atelier photo à l’extérieur : chaque enfant est reparti avec des portraits de lui.
  • Moments calmes (lecture, histoires…) et des activités manuelles ont également été organisés par l’équipe éducative
    Les enfants se sont saisis des temps proposés tant en sport que sur les animations.