Le mot de Marc Marhadour, Président d’Ettic


Parlons de nos métiers

Les métiers que vous exercez au sein d’ETTIC doivent garder du sens. À l’heure où certains souhaiteraient tout quantifier, tout évaluer, tout mesurer, l’accompagnement des personnes fragiles nécessite, en plus des savoirs académiques, des qualités humaines exceptionnelles.
Rares sont les secteurs qui fonctionnent 24 h/24 et chaque jour de l’année. Les secteurs couverts par ETTIC font partie de cette forte mobilisation humaine qui répond de plus en plus à un fort besoin social.

Les métiers des services, en particulier de l’accompagnement et des services à la personne, ont certes vu leurs nombres progresser. Ces derniers se sont spécialisés, diversifiés et professionnalisés. La place de la personne, devenue centrale (parfois au détriment du collectif), le respect de la vie humaine, la volonté d’éduquer les personnes les plus fragiles ont certainement servi de caisse de résonnance à l’évolution de l’accompagnement et du soin.

Les demandes exprimées par les personnes, les familles, les proches puis les politiques publiques européennes et nationales dans le secteur, ont eu pour effet de ‘personnaliser’ l’accompagnement des personnes fragiles. Ainsi, lorsque les projets individuels, les projets de service ne deviennent pas un prétexte à alimenter des tableaux Excel mais un réel outil de dialogue et de construction avec les personnes fragiles, ces échanges entre une équipe, une famille et la personne elle-même sont source d’évolution de l’accompagnement de la personne et par conséquent, induisent une évolution dans l’exercice de son métier.

Les métiers proches des personnes ne peuvent s’exercer sans une dimension humaine très forte. La transmission d’un savoir, d’un savoir-être, d’un savoir-faire n’est possible que si les capacités de compréhension et de confiance en l’autre sont au rendez-vous.

Eduquer, former, accompagner resteront les missions des métiers de demain comme ils ont constitué ceux d’hier et de maintenant. Cela consiste principalement à former, développer les aptitudes chez autrui, à apprendre les usages, à développer un sens, une faculté. De nouveaux outils aideront chacun à garder le sens du travail social tant qu’ils ne viennent pas s’y substituer. Ils permettront aux professionnels du secteur médico-social de montrer à l’extérieur comme à l’intérieur, leurs grands savoir-faire en matière d’accompagnement, la richesse de métiers qu’ils développent depuis des décennies, leur capacité d’adaptation à chaque personne, leur capacité à travailler avec d’autres professions et en collectif.

Les métiers exercés par des milliers de professionnels doivent être reconnus par la Nation au même titre que ceux du secteur sanitaire. L’attractivité de ces métiers et donc leur évolution dans un monde instable passe par une reconnaissance financière qui est, in fine, un marqueur de cette évolution.

Marc Marhadour
Président d’Ettic

Partager le post :

Des posts similaires